En développement

Mon traître

Ces romans s’inspirent de l’histoire personnelle de l’auteur, spécialiste du conflit en Irlande du Nord : son amitié avec Denis Donaldson, vue par le biais d’Antoine, narrateur parisien luthier; trois ans plus tard, l’histoire romancée est racontée sous l’angle du « traître », dans Retour à Killybegs, petit port de pêche du Donegal, le comté le plus au Nord-Ouest de la République d’Irlande, près de la pointe nord de la baie de Sligo, au fond de laquelle se trouvent les villes de Sligo et Donegal.
En 2018, Pierre Alary propose l’adaptation du roman en bande dessinée.
Le véritable traître, Denis Donaldson ne s’est jamais expliqué. Dans ses livres, l’écrivain avance des pistes : certains ont trahi «par fatigue», d’autres parce qu’ils croyaient œuvrer à la paix, d’autres enfin étaient victimes d’un chantage.
C’est le cas du personnage de Tyrone Meehan, coincé par un mensonge originel : en 1969, il tire par erreur sur son meilleur ami dans les rangs de l’IRA et le tue. Pour tout le monde, « Danny » a été tué par l’ennemi et Tyrone est un héros. Douze ans plus tard, lorsque les services britanniques menacent de tout révéler, il est liquéfié : impossible d’avouer après tout ce temps. Alors il trahit.
«J’ai voulu faire le portrait d’un traître audible, qui soit pas un type veule qui trahit pour de l’argent » dit Chalandon.
Autant le premier roman, Mon traître, fut bien accueilli par ses amis irlandais, autant Retour à Killybegs, où l’auteur fait parler son traître à la première personne, a suscité l’incompréhension. « On m’a dit : tu veux quoi ? Tu veux qu’on l’aime, ton traître? »
«Moi, je voulais que chacun voie le traître en soi» explique-t-il doucement.

Écrit par : Santiago Amigorena